José Pirès peint, sculpte, grave, découpe, dessine en silence ou en musique son chant intérieur, son apologie du rêve face à ce qui nous en éloigne. Sa création emprunte parfois aux mythes et aux symboles cultuels. Sa vision onirique nous ouvre des mondes intimes, l’imaginaire mêlant au souvenir sa part d’infini. Repoussant ainsi le quotidien hors du champ de l’atelier, l’artiste explore la matière et les volumes, la forme et la couleur, à la recherche d’une grâce.

Un voyageur obstiné par le beau...

C’ est un poème du monde en prose que José Pirès assemble avec tous les matériaux et effets de matière qu’exige sa recherche interminable d’harmonie. Sa virtuosité dans les diverses techniques le conduit à créer d’étonnants mélanges de textures sur différents supports. On redécouvre sur la toile les gestes du graveur, les fonds éclatants du coloriste, les masses aériennes de ces objets à l’aspect sculptural, tel qu’on peut le voir dans la série "Mémoires de tribus” qui témoigne du sens aigu d’une logique graphique. Signe d’un lien mystérieux unissant le visible et l’invisible, l’empreinte palpable de l’émotion indique le passage d’un voyageur obstiné par le beau.


A l’écoute d’une méditation...

La peinture de José Pirès est métaphysique. Elle s’interroge sur l’invisible, le secret du dedans. Elle creuse le mystère de l’intimité, cette manière singulière d’habiter son ressenti. Sous les représentations de l’animal et du végétal dans des oeuvres inclassables, le peintre évoque un questionnement sur notre appartenance au monde et sa responsabilité d’artiste. Quel est le sens d’une vie de créateur dans cet univers qu’il cherche à ordonner et le déborde de toute part ? Là où l’humain semble absent dans certains tableaux se signale une présence plus forte, au delà du geste, au delà de la main.

La facture si particulière du recouvrement de la toile fait de reliefs irréguliers dévoile une parole, des éléments graphiques comme l’envers de la vie silencieuse de ce qui est montré. La solitude des choses et des vivants devient alors un nouvel alphabet, un vocabulaire d’images fragmentées, énigmatiques. Tout nous regarde dans cet émergence profuse de signes primitifs. Dans le bestiaire de José Pirès, ses minotaures ou son animal-roi nous offrent un bel exemple de cette rencontre avec l’oeuvre à l’écoute d’une autre forme de méditation.


© 2011 - José Pirès - Tous droits réservés - 13 rue des Marchands 30000 Nîmes - Tél : 04 66 64 97 91  |  Mentions Légales  | Conditions Générales de ventePlan du site
Création de site internet: Cianeo